Bordeaux passe à table

La ville est le terrain de jeu de grands chefs, et attire aussi une nouvelle génération de cuisiniers, amoureux des produits du Sud Ouest. On dénombre pas moins de 1 600 restaurants, contre 987 il y a 10 ans. Bordeaux est devenue une destination gastronomique incontournable.

Lire l'article

Du côté des marchés

Du mardi au dimanche, se perdre dans les allées du marché des Capucins, un des plus grands de la Métropole. Le dimanche on s’y retrouve pour le petit-déjeuner, grignoter des tapas ou déguster un plateau de fruits de mer. À moins de filer sur les quais au marché des Chartrons, pour découvrir huîtres du Bassin, tricandilles, tripes de porc à l’ail, ou grenier médocain (variété d’andouille locale), en admirant la Garonne. Et depuis peu, un nouveau marché de producteurs en plein air régale les gourmands dans le quartier du Tasta à Bruges, tous les mercredis de 16h à 20h.

Du côté des étoiles

En l’espace d’un an, le ciel bordelais s’est paré de 3 grands chefs : d’abord Philippe Etchebest au Quatrième Mur en 2015, puis le britannique Gordon Ramsay au Pressoir d’Argent (1 étoile), et enfin Pierre Gagnaire au restaurant gastronomique La Grande Maison mi 2016.

Ces établissements viennent compléter l’offre gastronomique de la Gironde qui compte de très belles tables : le Saint James à Bouliac (1 étoile au guide Michelin), Château Cordeillan-Bages à Pauillac, Le Prince Noir à Lormont (1 étoile), la Grand’Vigne à Martillac (2 étoiles), Les Belles Perdrix de Troplong-Mondot (1 étoile), l’Hostellerie de Plaisance à Saint-Emilion et les historiques Pavillon des Boulevards, Chapon Fin, et Gabriel à Bordeaux.

Manger décalé

Miam Bordeaux, l’itinérance gourmande, organise des balades gastronomiques en petits groupes dans Bordeaux, hors des sentiers battus à la rencontre de passionnés passionnants amoureux de leur métier.

http://miam-bordeaux.fr

Autour d’un brunch dominical : à l’américaine chez Plume Small Kitchen, british au Breakfast Club, scandinave au Koeben, bio au Magasin Général de Darwin, local à la cantine fraîche de La Cagette.

À tester

Des tables abordables et audacieuses fleurissent dans les rues de Bordeaux, à l’image du bistrot et bar à cocktails Le Taquin à Saint Michel, du hype Symbiose quai des Chartrons, distingué « Meilleur bar d’auteur 2017 » par Le Fooding, ou encore Racines mené par le chef écossais Daniel Gallacher.

Les restaurants Côté Rue, Le Hâ et ou encore Garopapilles flirtent avec la haute-gastronomie et régalent les amateurs d’associations culinaires créatives.

Nouveau lieu ouvert fin 2016, La Grande Poste installée rue du Palais-Gallien,  accueille une scène culturelle et salle de spectacle, un bar et restaurant, et des échoppes d’artistes et créateurs.

Pour un déjeuner bio ou vegan, direction le Cosmopolis, à Saint Michel. Envie de produits locaux, provenant de moins de 200 km autour de Bordeaux ? Cap sur Belle Campagne, dans le vieux Bordeaux.

La cuisine fusion s’inscrit dans le paysage bordelais, à l’image du Miles, aux influences venues des 4 coins du monde, et son petit frère Mampuku (« ventre plein » en japonais), ou encore du Nama et du Dan, délicieusement inspirés des saveurs asiatiques.